Billet d'humeur

Partageons nos humeurs...

    Premier petit coup de colère 2020 (quoi deuxième après les vœux ? Déjà!). Vraiment marre de recevoir toujours les mêmes réponses. Alors j'ai pris une grave décision, je refuse le refus.

 

"Après étude de votre dossier, nous regrettons de ne pas pouvoir donner une suite favorable à votre candidature."

 

Madame, monsieur, bonsoir,
 

Merci pour votre réactivité concernant votre réponse;

    Cependant, après étude de cette dernière, j'ai le regret de ne pouvoir l'accepter puisque, si elle me prive d'un poste que je convoitais , elle vous délaisse également d'un collaborateur:

- Hyper-motivé
- Compétent,
- Riche d'une grande expérience professionnelle
- Sans fausse modestie, avec de nombreuses réussites reconnues.
- Capable également de compléter rapidement mes connaissances pour élargir le domaine de mes compétences et m’adapter à vos besoins.

    C'est donc un regret pour moi et une opportunité non saisie pour vous.

 

Dommage !

    N'hésitez pas, si malgré votre première décision hâtive, vous souhaitez me rencontrer pour échanger,

    Passez, s'il vous plaît, Madame, monsieur, une excellente soirée.
   
    François Marmain

 

Je sais bien que je vais (encore!) soulever quelques débats et m’exposer (encore!) à des remarques et jugements, mais j’assume mes mots… Définitivement !

 

Comme le précise la maxime , « bon pneu, bon œil » pour 2020. La suite n’est que simple logique, un seul vœu : Good Year ( Yes, je me suis trop amélioré en anglais, content d’être happy!)

 

 

Mais un seul vœu, est-ce suffisant ???

 

Il est temps, et grand temps même, de passer (de penser que dis-je!) aux « Veux », voire aux W (entendez par là doubles Veux!).

Mes W (doubles vœux) pour 2020

 

 

1- PREMIER VŒU : Tout changer !

 

Vivre dans un pays (monde) où l’Humain compte plus que tout :

 

1.1- Rencontrer l’âme sœur pour pouvoir partager

 

1.2- Privilégier les dépenses communes pour que chacun puisse vivre dignement plutôt que penser en premier lieu à réparer, entretenir le patrimoine. Les vieilles pierres ne se plaindront jamais d’avoir froid l’hiver, pas suffisamment pour se nourrir, ni de la solitude, etc.

 

1.3- Consommer plus local et plus qualitativement en fonction des saisons, pour faire vivre NOS producteurs, conserver une bonne santé et une planète vivante

 

1.4- Bannir les polluants, pollueurs, et tous les actes antisociaux qui nuisent au collectif

 

1.5 Que désormais les minorités en grève ne décident pas pour tout le monde que leur combat est tellement juste que tous les autres doivent s’y rallier de force. L’anarchie de certains en démocratie est juste intolérable. Rappel de la définition juridique de la grève :

 

La grève est la cessation collective et concertée du travail (par tout ou partie des salariés d’une entreprise) en vue d’obtenir satisfaction sur des revendications professionnelles. Les actes commis au cours de la grève (telles des violences) sont sanctionnables.

 

1.6- Que le terrorisme et l’envie de guerre(s) appartiennent au passé et célébrons les délivrances et les événements heureux plutôt qu’éternellement les malheurs, attentats.

 

1.7- Que les dépenses publiques soient prioritairement utilisées pour les plus démunis et les Humains !

 

 

 

2- DEUXIÈME VŒU : Que rien ne change !

 

2.1- Conserver la santé, essentielle pour ensuite pouvoir penser au reste !

 

2.2- Être heureux avec son Amour pour celles et ceux qui ont cette chance, ou la, le rencontrer en 2020

 

2.3- Vivre de bons moments avec ses ami(e)s

 

2.4- Voyager, rencontrer, Aimer, découvrir le monde et ses résidents, ses beautés

 

2.5- Se lever de bonne humeur pour se rendre au travail, quand on en a un ou en retrouver un

 

2.6- Apprécier chaque instant de la journée, il ne se représentera peut-être pas

 

2.7- Continuer à pouvoir payer notre loyer, crédit, et dépenser aussi pour le plaisir

 

2.8- Apprécier les bons repas, l’art, se divertir, jouir de la vie…

Bonne année 2020 à toutes et tous

 

François.

 

2020

------------------------------------------------------------------------

dimanche 21 avril 2019

 

LE DRAME !

LA TRAGÉDIE !!!

 

 

Impossible de ne rien écrire puisque ces mots forts sont utilisés depuis plusieurs jours par la plupart des grands médias !

 

Un site gouvernemental a été créé pour recueillir les dons.

 

De grandes entreprises et de plus petites ont offert des dizaines, des milliers voire des centaines de millions d’euros.

 

Un concert spécial a été produit par France TV !

 

J’en passe et des meilleurs !

 

En FRANCE

 

Des milliers de personnes qui n’ont pas les moyens de se loger, vivent et dorment (ou plutôt tentent d’y parvenir) dans la rue

 

Dans de vieux logements non mis aux normes par des propriétaires trop avides ou le laxisme des loueurs de logements sociaux, des humains meurent ou perdent tout dans un incendie (Marseille, Paris,etc.)

 

DANS LE MONDE

 

Des milliers d’êtres humains sont tués dans des attentats, des guerres, des séismes, inondations, accidents divers,etc.

 

De pauvres gens se noient dans l’océan pour avoir tenté d’échapper à la mort dans leur pays d’origine

 

Partout, tout le temps, des êtres humains meurent, souffrent, sont malheureux !

 

Quel média en parle si ce n’est pour quelques gros titres sur l’instant ?

 

Quel gouvernement, homme politique, décide enfin de répondre à l’appel lancé par l’abbé Pierre il y a 65 ans et met dans son programme « un logement pour tous » ?

 

Quelle grande entreprise fait des dons ou accède simplement à la demande permanente de ses employés pour un salaire décent ?

 

Quelle télévision créé un événement pour venir en aide aux plus démunis ?

 

Désolé, ça m’a échappé, mais franchement, les termes de « LE DRAME » !, « LA TRAGÉDIE » !!! sont synonymes de peines humaines, de vies d’être humains perdues !

 

Peu importe l’histoire, le symbole, la beauté de ces vieilles pierres et morceaux de bois

 

Peu importe que logiquement l’état laïc français ne devrait plus depuis longtemps s’inquiéter de tout ce qui touche aux religions et aux lieux de culte

 

Peu importe que ce soit un ouvrage d’art classé

 

Je vous en conjure :

 

Gardez vos « drames » et « tragédies » pour les détresses humaines, s’il vous plaît !

 

Un peu de dignité, d’humanité,, que diable !

 

Désolé, mais même si je suis le seul à penser ainsi, je devais l’écrire

 

François Marmain !

2019

------------------------------------------------------------------------

Mardi 24 décembre 2018

 

En cette soirée, une double pensée pour Coluche :

 

1) Sa générosité doublée de sa clairvoyance :

- 1985 création des restos du coeur, 8,5 millions de repas distribués.

-2018 malheureusement, des besoins toujours en hausse,

2015 (30 ans plus tard!) = plus de 130 millions de repas distribués en plus des autres actions. Si on fait le compte, ça fait un peu plus de 1429 % d’augmentation de nécessiteux, c’est pas rien et bien autre que les taxes sur le gaz oïl !

Et là, où sont les manifestants, les gilets ou pull over pour dire, comme l’abbé Pierre avant lui, qu’un pays civilisé où certains dorment (ou tentent de dormir) dehors et ne mangent pas à leur faim n’est pas du tout un peu civilisé ni développé !

 

Bref, ça ne fait pas avancer le Le Schmilblick, mais ça me fait du bien de dire que quitte à manifester, il y a sans doute des raisons plus urgentes mais là, personne !!!

 

Et pour rester léger et dans un esprit festif et blagueur, Coluche c’est aussi d’actualité en considérant les températures, encore hautes pour la saison mais malgré tout, restons fidèle à Coluche et faisez tous attention bordel car :

 

2) Noël au balcon, enrhumé comme un con !

 

 

Vendredi 14 décembre 2018

 

Le grill d’antan-saison 1- épisode 3 – vendredi 14 décembre 2018.

 

C’était prévu ! Mon plaisir de la semaine, pour passer un excellent moment…

 

Précédemment,l’avais-je noté ? L’accueil était simplement chaleureux.

 

Ce soir, il l’est doublement puisque le chef est accompagné de son assistante pour l’accueil et le service ! Merci Mademoiselle, Monsieur ! C’est toujours tellement agréable de se sentir le bienvenu après vingt-cinq petites minutes de route par moins 3°C.

 

Bref François (je me parle tout seul, et oui, ça m’arrive parfois et même avant l’apéro!) , ici, il fait bon, surtout au bar face à la cheminée !

 

N’est-ce pas l’endroit idéal pour tester (enfin!) ce whisky japonais ?

Ce soir, j’ose et je ne voudrai pas contredire l’immense Michel Audiard qui revendiquait justement :

 

« Les cons, ça ose tout ! C’est même à ça qu’on les reconnaît! »

 

Le Takinoka, une vraie bonne idée, une valeur sûre, c’est incontestable ! Vive le Japon !

 

Comme envisagé en saison 2, ce soir c’est magret (et de bon gré!- Oui car bon gré-magret pour ceux qui ne suivent pas !). Entier, rosé, savoureux, il ne résiste pas à la lame acérée du couteau qui le découpe. Et en bouche, à peine nécessaire de le mastiquer. Il fond, goûteux, généreux, savoureux à souhait. Cuit comme je l’aime, c’est du bonheur à l’état pur. Avec quelques frites maison, voila mon repas de fête ! Comme il n’y en aura pas aux jours et heures communs, (24/12, 25/12,31/12 et 01/01/19), pas de prévus en tout cas comme depuis 12 ans, autant prendre de l’avance !

 

Et puis, celle que j’ai négligée jusque là, m’intéressant davantage à ses copines, l’entrecôte ou l’onglet, j’ai honte, la pauvre ! Elle est là !

 

Peut-être cueillie, séchée, arrangée avec respect, Sans doute choisie pour son teint, sa fraîcheur, sa jeunesse et ce désir qu’elle suscite, la coquine...

 

Certainement coupée, arrangée avec soin.

Pour sûr, ensuite, par le chef assaisonnée avec prudence mais en dosant parfaitement les parfums, elle est là !

 

Parfum velouté de noisette, venant apporter (si tenté que cela fut nécessaire vu le dressage et les couleurs déjà attrayantes de l’assiette!) une note supplémentaire de verdure et un relief appuyé à l’ensemble bien garni, ELLE est là !

 

Qui a osé dire salade « ordinaire » ? Moi ? Mea culpa, mea maxima culpa. J’ai honte ! Non, même la salade n’est pas simplement ordinaire, je l’affirme haut et fort !

 

Et je la prie de m’excuser (feuille à feuille), la caressant sensuellement de ma fourchette avant de la déguster cette BELLE, pour mes précédents propos qui ont pu, peut-être, la blesser, la pauvrette !

 

Avec le magret, le chef m’incite à taster son petit syrah « l’appel des Seyreines » - François Villard- Et comme le goûter c’est l’approuver !

 

Ce n’est pas du Saint Joseph ni du Crozes-Hermitage, pas le même goût, mais c’est vrai, Chef, il est très très bien ! En même temps, c’est un François… Ah, ils sont forts ces François ! (Orgueilleux-prétentieux, va!)

 

Et pour finir, beaucoup de douceur dans ce monde de brutes ! Une petite mousse au chocolat maison, les papilles apprécient (papilles de la nation, je ne sais pas, mais les miennes, évidemment!)

 

Merde, fallait pas Chef ! On n’est plus habitué à de tels goûts et à passer un aussi bon moment !

 

Évidemment, je reviendrai, désolé…

François Marmain.

 

Vendredi 30 novembre 2018

 

Le grill d’antan, épisode 2 !

 

Comme annoncé, j’y suis retourné !

 

Le chef et la cheminée avec une belle flambée (je parle de l’âtre, naturellement, pas du chef!) m’ont accueilli.

 

Correctif : Les plafonds ne sont absolument pas voûtés mais plats et traversés de poutres ; Une roue ou encore une échelle, pendues, viennent parfaire la déco. d’antan des luminaires ancestraux.

 

C’est sans doute après l’apéro que les plafonds m’avaient semblé voûtés ! L’alcool c’est mal (non, je déconne!)

 

Je confirme avant l’apéro, voûtés, ils ne le sont pas. D’ailleurs, à propos de boisson agréable, un bon whisky sur un tabouret de bar juste face au foyer, quel bonheur...J’ai bien fait de vérifier les plafonds avant, après avoir trinqué avec mon pote Jack, il sera trop tard ! Autre chose Daniel’s ?

 

Oui, j’ai entendu le chef parler d’escargots… Pas de bol, les produits de l’héliciculture, c’est mon point faible ! (aussi, encore un!)

 

Mais il ne s’agit pas de simples cagouilles, c’est une fricassée d’escargots que m’apporte le chef. Une sauce et des parfums parfaitement équilibrés, la saveur est au fond de l’assiette, bref, une tuerie totale ! BRAVO et MERCI Chef ! À propos, si je peux me permettre : Même si vous ne sentez pas le bout des doigts vous brûler, en remettant des morceaux rougis au centre de l’âtre de la cheminée, prenez garde tout de même. Il serait vraiment dommage de consumer ce métal précieux que vous avez dans les mains, l’OR bien entendu !

 

Le bel onglet qui suit, totalement conforme à l’attendu, goûteux, goûtu, bref j’adore ! Mais il est sauvage ! Après l »avoir coupé pour en mâcher une bouchée, inutile de mastiquer. Il fond dans la bouche, tout seul…

 

Merci chef, une nouvelle fois j’ai fait mieux que très bien manger, j’ai passé un excellent moment… À bientôt, je n’ai pas dégusté le magret, encore… François marmain

 

Vendredi 23 novembre 2018

 

Le grill d’antan, un lieu hors du temps, justement, tiens, tu m’en diras tant d’antan et plus si affinités… Donc beaucoup plus…

 

- La salade était... ordinaire, de la salade, quoi !

 

C’est tout ? Non.

 

Que dire... Justement, plein de choses:

 

- L'accueil, chaleureux et convivial, quasi-amical alors que je venais pour la première fois,

 

- le lieu, tout simplement MAGIQUE dès lors que l’on passe par l’entrée véhicule depuis la route, et non pas par le chemin arrière condamné. MAGIQUE et suffisamment sobre, en totale adéquation avec le thème et ce que l’on s’attend à trouver. Des murs et plafonds de pierre apparente, plafonds voûtés s’il vous plaît qui donnent au lieu vrai ce côté rustique et charme des arrondis, cosy. La cheminée trône pour accueillir le visiteur dès l’entrée franchie.

 

- La viande est simplement EXCEPTIONNELLE, SOMPTUEUSE tant en goût que côté tendreté. Les frittes maison viennent l’accompagner avec tendresse ( (eh, la tendresse Bordel!)

 

- Le chef, entre deux mots gentils et sourires, la cuit juste à la perfection et ce n’est pas l’assiette d’un restaurant ordinaire qui est servie, mais une œuvre d’art constituée de joyaux qui se dévorent des yeux, puis s’hument pour le plaisir des sens.

Alors, la dégustation peut commencer. Un vrai bonheur pour les papilles.

 

Ce lieu vous régale, vous nourrit le corps et vous réchauffe le coeur ! c’est le palais du goût, l’antre du plaisir…

 

Merci chef, ce n’est pas un simple repas mais un pur moment de bonheur passé chez vous, d’ailleurs, ce soir, j’y retourne !

 

François Marmain.

 

 

29 septembre 2018

 

En déplacement depuis mes 2 Sèvres pour « rencontre et dédicaces » au salon du livre de Montmorillon, ce 29/09/2018.

Découvrir Montmorillon et manger-dormir au Lucullus !

Sacré Romains, ils savaient ce qu’était le plaisir !

L’hôtel, accueillant, agréable, calme et extrêmement propre, confortable et bien équipé.

À proximité, petit parking gratuit pour stationner sans problème à 30 mètres de l’entrée !

Mais le Lucullus, c’est aussi et surtout LE restaurant. Pas de menu brasserie le vendredi soir mais le côté gastro est abordable : 39€ Entrée-plat-dessert.

Avant le repas, j’ai bien vu l’étagère à whisky du bar, très bien garnie la bête !

Je demande conseil à Lionel, au bar. Je tente l’Écosse avec le Knockando 12 ans d’âge.

Une pure merveille …

2 amuse-gueule très raffinés plus tard, 6 huîtres succulentes et ouvertes par des vrais pros !

Puis, LE plat : « Filet de bœuf sur effilochée de joue au foie gras et sa crème cognac ».

1 bonheur total, de la cuisson à la tendresse de la pièce de bœuf et tellement de goûts, d’onctuosité, un parfum exceptionnel, des saveurs que je ne connaissais pas. Merci chef !

 

Que dire si ce n’est que :

 

- les sourires et attitudes de l’accueil,

- le confort de l’établissement,

- l’amabilité et le service en salle

 

n’ont d’égal que :

 

-la qualité des mets servis,

- les talents du chef et de son équipe.

 

Un seul mot, allez 2 tout de même :

BRAVO ET MERCI. Grâce à vous tous, j’ai passé une excellente soirée et vécue une expérience inoubliable (humaine, organisationnelle, gustative,etc.).

 

François Marmain

 

 

5 septembre 2018"La Dingue" ou les "revenants"?


 

Hi,
Non, je ne parle pas de la maladie asiatique dans mon sujet! ("La Dingue")

Ce que je trouve un peu dingue, fou (non je n'ai pas écrit Dingo ni plutôt,d'ailleurs!). C'est quoi???

Et je voudrai connaître ton opinion là-dessus:

Sur tous les médias, on n'arrête pas d'en parler et en même temps, personne n'énonce clairement les choses???

L'impôt sur les revenus.

Voilà!!! Sans le dire tout en l'exprimant, tout le monde accepte donc que la réincarnation existe. Puisque l'on parle de revenus et de les imposer, c'est donc bien qu'il est admis que les "revenants"existent"??? Et c'est là que je dis:

"Soyez honnête, appelez un chat, un chat et plutôt (merde, je l'ai dit!) que de ne parler que des impôts, dites-nous pourquoi maintenant, vous, tous les médias, vous croyez aux revenants, s'il vous plaît.

Parce que franchement, çà fait flipper! Du coup, j'ai doublé ma ration de whisky pour tenter de m'apaiser! Et toi, oui toi, tu en penses quoi?


 

Vendredi 25 mai 2018

 

Fête des voisins ce soir…

C’est très curieux, il ne se passe absolument rien chez moi ? En même temps, là où je vis il y a 591 habitants et 19 au km². Chiffre que l’on peut diviser par 10 dans le lieu dit où je réside.

 

Autour, 2 anglais et 250 vaches ! Sans doute après le petit orage, toutes mes voisines « meuh » ont-elles été rentrées ? Dommage, on se serait fait un apéro vachement bien, suivi d’une entrecôte barbecue, coupée à vif sur la bête... Ce sera pour une prochaine fois, je crois, cette fiesta, et là, ça va donner !!!

 

Bonne fête des voisins à tous ceux qui en ont même si perso., « j’ai toujours préféré, aux voisins, les voisines... ».

Du coup je me fais chier, alors j’écris mes conneries. Petit avis totalement gratuit... Mais ça fait du bien de dire du mal... Charlotte Gainsbourg en concert en Poitou-Charentes pour son album... Le cinéma c'était bien! Pourquoi chanter? Elle aurait pu hériter du talent de son père ou de la voix (faible même pleine d'émotions!) de sa mère, mais pas de bol, ni l'un ni l'autre.
Enfin, ce n'est que mon avis!!!

 

dimanche 11 mars 2018

 

1986

 

Il y a 32 ans, je connais au moins 2 personnes qui vivaient en ce mois de mars 1986 l’un de leurs 3 plus grands bonheurs !

Je dis l’un car 2 et 10 ans plus tard (1988 et 1996) allaient les rejoindre aussi en novembre et juillet Kevin et Steven.

Mais en 1986, c’est bien Lætitia (La Titi) qui voyait le jour pour la plus grande joie de Patricia et François.

Nés tous les 3 d’un Amour insubmersible ( c’est ce qu’ils pensaient !) et dans un foyer préparé pour accueillir 1, 2, puis 3 enfants pour une merveilleuse vie à 5 qui laisse tellement de souvenirs, de joie et d’émotions plus de 30 ans plus tard !

Ce 25 mars, c’est le bonheur avec un grand B. À 9 jours près, Patricia aurait pu donner naissance à son premier enfant le jour de son anniversaire.

Curieusement, c’est ce que Lætitia parviendra à réaliser pour la naissance de son deuxième enfant, Thomas, né comme elle un 25 mars, 31 ans plus tard.

Ainsi, en ce bientôt 25 mars, ce n’est pas 1 mais 2 anniversaires que l’on peut célébrer !

Lætitia et Thomas.

Fabrice, tu as du boulot aussi avec ce beau foyer à 4, 1 femme et 2 enfants, juste pour toi !

En ce jour de fête, bon anniversaire à toi ma Fifille, ma Titi et bon anniversaire à toi petit Thomas.

Et que la fête soit belle pour tous en ce futur dimanche. Même loin je pense à vous et je vous embrasse tous, enfants, petits-enfants, mamans et mamies, papis, famille.

Papa, Papi, François.


 

vendredi 2 mars 2018 Comment se fesse ?


 


 

(pas bien sûr de l’orthographe, mais bon, si j’ai un coup de cul!)


 

Nous avons été très tristes du départ de Monsieur Jean D’Ormesson, totalement inconsolables du décès de Johnny et la France entière en a parlé durant plusieurs semaines…

Et là, rien ! Pourtant, ça fait 2 jours qu’il est mort et définitivement !

Pas un mot dans la presse, la radio, les journaux, aucune évocation que ce soit à la télé ou même sur le net !

Seul mon pote, mon ami, mon fidèle compagnon m’en a informé en bas et à droite de mon écran de P.C. Mais là encore avec une grande discrétion.

Pas de musique ni de lumière qui clignote, seulement un petit intitulé qui change, passant de sept à quatre lettres, discrètement.

Alors la question se pose : Pourquoi ?

Peut-être que personne ne le regrettera et qu’il s’en est allé, haï de tous dans une profonde indifférence ? Pas d’héritage à se partager, ou les souvenir de quelques thermomètres à la mémoire fidèle !

Pourtant, avec son départ, tout change. Bientôt il sera 21h00 à 20h00, les fleurs vont revenir et les oiseaux chanter, ma princesse arriver pour me séduire (non, ne rêvons pas tout de même!)

Vous l’aurez compris, j’ai du mal à saisir pourquoi cette ignorance, cet irrespect même dirai-je ? Aucune célébration laïc ou religieuse, pas plus d’évocation de ses 28 derniers jours pourtant marquants, tant par les températures que les trombes d’H2O que nous avons pris sur la tronche, les inondations, dégâts, vents violents.

On ne peut pas dire qu’il n’a pas pesé sur son époque, qu’il ne nous a laissé aucun souvenir, ce serait avoir la mémoire courte !!!

Vraiment, tant d’indifférence, de refus d’admettre cette réalité, me sidèrent.

Il y a 2 jours, février 2018 s’en est allé et rien à ce sujet !!!

Alors, permettez-moi au minimum de souhaiter à mars la bienvenue…

Merci.

François Marmain .

 

samedi 24 février 2018


 

Une petite pensée, en ce 24 février, pour celles et ceux qui , comme moi, ont trois fêtes chaque année.

Celle de leur prénom, le 18 avril (il faudra y penser, c'est dans 2 mois!) et le 24 février justement.

Pas facile mais il faut assumer, les filles, les gars, pas d'autre choix !

Donc bonne fête à vous. Bises,  François.

2018

------------------------------------------------------------------------

Mercredi 21 juin 2017 


Une excellente soirée ce 21 juin 2017:

Avec la présence de mes "frères" de Pad Lézard en duo pour cette fête de la musique au ristorante a Napoli de Blaye..
Merci:
Un accueil chaleureux, un service impeccable et professionnel, et la cuisine du Chef, une merveille. Que dire du duo Pad Lézard: Jean-Luc et Jacquot, égaux à eux-même dans le partage et l'harmonie, musicalité, sincérité...
Bonheur total cette soirée avec cette tablée d'amis pour compléter la fête.
Merci à toutes et tous et à bientôt. 


Le François. 


 

Dimanche 26 mars 2017 

    À l'âge et l'heure où je revisite mon passé, 1 seul regret, ne pas avoir une vie de grand-père en compagnie de la grand-mère, et voir grandir ensemble nos petits-enfants (comme une famille normale)!

    Mais aujourd'hui, c'est la joie qui domine. Papy pour la deuxième fois ! Félicitations aux heureux parents et merci pour toutes ces émotions !

    Et bienvenue à toi,Thomas, sur cette planète peuplée d'humains étranges capables du pire mais aussi du meilleur. Papy viendra te voir bientôt, dès que possible… ainsi que ses trois enfants, sans oublier petit Marty.

 

Petite pensée du jour (fin 20ème siècle)

Mardi 21 février 2017

 

Hello ;

Vous n'en avez pas marre, plein le …, vous, d'entendre parler à longueur de journée de l'anus, de la raie privée de Théo ?

Alors, pour changer un peu, je vous propose ce matin de vous parler de la raie publique… Non sans l'espoir d'apercevoir dans la journée un rai de soleil sortir de cette grisaille qui sent un peu la M... Oui, pour plagier mon ami Olivier, un canard local peut parfois être leboncoin !

Et sans être chauvin, mon canard local, la Nouvelle République, publie le 20 février 2017 un article attendu et ma fois, comment dire, euh, du plus haut intérêt (n'ayons pas peur des mots!).

Alors, je vous laisse le découvrir et vous en délecter… N'oubliez pas également de largement diffuser autour de vous l'appel à témoin qui y est fait ! C'est très souvent le cas dans les enquêtes policières. Et tout témoignage peut parfaitement s'effectuer, même à distance avec skype call recorder. Merci.

Lien vers L'ARTICLE

 

http://www.lanouvellerepublique.fr/Deux-Sevres/Communes/Sauzé-Vaussais/n/Contenus/Articles/2017/02/20/Un-ecrivain-prolifique-3008065



 

 

Le Macho et le gentil.

 

Le Macho comme le gentil sont nés sur Terre,

Fruit de l'Amour de leurs mères et pères

Respectifs, comme tout un chacun,

Portés neuf mois, plus ou moins.

 

L'éducation peut être mise en cause,

Pourtant l'un et l'autre sont dotés

D'un cerveau et peuvent décider

Qui ils seront adultes, c'est la moindre des choses.

Le macho se réserve le droit

De choisir les tâches qu'il accomplit

Laissant ainsi aux femmes sans autre choix,

les corvées dont il n'en a pas envie.

 

Le gentil pense à l'autre en premier,

Ne se sent pas spécialement bien né,

Homme donc supérieur forcément,

À la gente féminine, c'est l'inverse qu'il ressent.

 

Toujours vouloir la protéger,

L'assister et lui rendre la vie plus facile,

Il la respecte et l'estime supérieure et gracile,

Son seul désir, toujours l'Aimer.

 

La Femme lui a donné la vie,

Respect, reconnaissance pour le gentil,

Il la croit tellement supérieure,

Qu'il ne recherche que son bonheur !

 

La Femme lui a donné la vie,

C'est normal et simplement ainsi,

Le Macho en convient, mais sa destinée,

Le sexe faible, il doit dominer.

 

Le Macho es un chef, un capitaine,

Donner le rythme, tracer la route,

Qui le suive toujours l'Aime

Et sur ses décisions n'ait aucun doute.

 

La Femme dans sa fragilité peut apprécier

Ce macho qui pour Elle va décider,

Ainsi se laisser emporter

Et ses quatre volontés accepter.

 

 

Est-ce une faiblesse l'égalité ?

Respect de l'autre et de penser

Que la Femme doit être privilégiée ?

Se demande le gentil, où est la normalité ?

 

La Femme admire le Macho,

Il montre ses muscles et hausse la voix,

Lui c'est un homme, un vrai, un roi,

Soumise, elle l'admire le vénère en un mot.

 

Pourquoi n'est-il jamais seul dans la rue ?

Le Macho, se demande le gentil,

Car si les Femmes sa prévenance saluent,

Lui est seul quand il rentre chez lui.

 

Quand le Macho a une idée,

C'est la meilleure et même la seule

Que sa Femme puisse accepter,

C'est ainsi depuis son trisaïeul.

 

Le gentil a ses priorités :

Écouter, admirer, respecter

L'intelligence et la beauté,

son « Elle » est sa priorité.

 

Le Macho et le gentil

N'auront jamais la même vie,

L'un décide, en couple ravi ,

l'autre subit, fier qu'il en soit ainsi,

Pourtant si seul dans sa vie…

Ses convictions sont à ce prix !

François Marmain.

 

Mardi 3 janvier 2017.

Doubles-vœux !

 

Hello ;

Profitant de ces quelques minutes de connexion internet avant, je l'espère, de retrouver ma ligne fixe et ma box aux environs du 10 janvier, je vous adresse, à mon tour, mes « pensées » 2017 et vous remercie des vôtres bien reçues.

Pour 2017, changeons un peu, innovons bon sang !

Les vœux c'est bien mais à l'époque où les superlatifs sont d'usage, passons s'il vous plaît aux doubles vœux !

Et si j'ai la chance d'être toujours en forme dans un an, peut-être pourrais-je encore avancer et vous proposer non pas mes vœux ni double vœux mais les meilleurs « X » de l'année et ainsi de suite pour vous souhaiter mes « Z » en 2020… À propos de « x » justement, une connaissance de confession musulmane me confiait justement l'autre jour :

Le porc, no, le porc, no… Comme quoi, peu importe l’obédience, le porno du « x » est toujours apprécié.

Alors, vivement 2018 !

Mais n'allons pas trop vite en besogne. Nous en étions aux doubles-vœux !

- Santé / forme Olympique ;

- Sécurité / Liberté ;

- Égalité / Fraternité (non, je m'embrouille avec un futur discours électoral...)

- Pognon / Fins de mois sans problème ;

- Emploi / réussite professionnelle ;

- Amitiés / Convivialité ;

- Partage / Solidarité ;

- Amour / Complicité ;

- Plaisirs / Bonheur…

 

Que vous souhaiter de plus les amis, hormis peut-être « sea, sex and sun », mais ce sera pour l'année prochaine sans doute avec mes « X » 2018…

En attendant, profitez bien de chaque instant, de chaque minute heureuse et de vos proches, partagez, participez à la vie, rencontrez, échangez, Aimez.

 

Et s'il vous reste une petite seconde dans vos emplois du temps surchargés (oui, je l'avoue, mon regard se tourne imperceptiblement vers mes deux amis qui ont des origines du côté de la botte européenne et méditerranéenne où Casanova sévissait), ayez une petite pensée pour ceux qui tentent de ramper, se traînant sur le ventre avec au-dessus trois tonnes-et-demi de coquille, certain fan d'héliciculture…

 

Doubles vœux pour que 2017 marque un tournant dans ce virage du calendrier afin de poursuivre votre route sur la ligne droite qui est le bonheur. Car comme l'indiquait très justement le « sage du Tibet » rappelez-vous que :

« Le bonheur n'est pas au bout du chemin car le bonheur, c'est le chemin ». Bises my friends. François.

2017

------------------------------------------------------------------------

Mardi 8 novembre 2016.

Dans la famille Marmain des écrivains, il y avait Stéphane, mon frère, sa femme Vanessa, donc ma belle-sœur et moi. Et depuis ce 06/11/2016, il y a aussi la « petite dernière », ma sœur, Sandrine. Découvrez son monde, son inventivité et surtout son talent au travers d'Azuréa, son premier roman !

Bonjour à toutes et à tous ;

Exceptionnellement, ce n'est pas pour la sortie d'un nouveau livre que je communique !

Ou plutôt si, mais pas un de mes livres ! Chut, silence dans les rangs, j'explique :

C'est avec une grande joie, assortie d'une immense fierté, que je vous informe de la publication du premier livre de ma sœur, j'ai nommé : Sandrine Marmain.

Et oui, encore une Marmain… Après mon frère Stéphane, sa femme Vanessa(ma belle-sœur) et moi-même François, c'est donc le 4ème Marmain qui publie un ouvrage. Mais je suis en train de m'égarer  (et gare en train...Je suis tellement drôle !)

Donc ma sœur publie et je vous le conseille vraiment.

Pour 12€ frais de port inclus, c'est pas cher au kilo et 300 pages de pur bonheur. Pas encore remboursé par la sécu. Mais chez tous les bons pharmaciens, en suivant ce lien :

https://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=ÅMÅŽÕÑ&url=search-alias=stripbooks&field-keywords=sandrine+marmain

Autre choix, sur le moteur de recherche Amazon, vous tapez soit Azuréa, soit Sandrine Marmain.

Azuréa.

C'est comme un bonbon, une sucette, un sorbet (oups la gourmande!), depuis le titre, et tout le livre est suave, goutteux, gourmand !

Voilà, c'est une gourmandise à déguster sans modération…  Et on se laisse emporter, on est heureux de se laisser happer par la beauté de ce monde, la finesse de ces personnages que l'on aime tout de suite… C'est inventif, intelligent, fin, drôle parfois et captivant. Il n'y a pas que le bonbon, mais aussi cette pensée positive qui lui appartient.

Et son imaginaire qui attirera et satisfera tous ceux qui aiment la science fiction- le merveilleux !

Pour résumer : si je ne devais choisir qu'un mot, je crois que je reprendrai, à l' évidence, celui de notre papa qui me paraît fort à propos au sujet de cette œuvre :

tout simplement GÉNIAL.

Allez, tous sur Amazon, vous m'en direz des nouvelles ! 12€ c'est KDO. Il est où l'bonheur ? Il est là : Merci pour elle.

Suivre ce lien :

https://www.amazon.fr/dp/1539967751/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1478638507&sr=1-1&keywords=sandrine+marmain

Ou taper Sandrine Marmain ou Azuréa dans le moteur de recherche d'Amazon.

 

Jeudi 6 octobre 2016.

Heu...Reux !!!

 

 

Il y a quelques jours, mon papa me faisait part de son étonnement de ne pas avoir trouvé une seule fois le mot « Heureux » dans mon dernier roman. Souvent remplacé m'a-t-il dit par « bien ensemble » et d'autres termes.

Sur le coup, je n'ai rien trouvé à lui répondre, si ce n'est :

« C'est un mot que je n'emploie pas beaucoup, que j'évite presque, comme « Bonheur ».Sans autre explication réelle !

Depuis, cela m'a fait cogiter et mes deux neurones ont fini par se rencontrer.

 

Et là, l'éclair, EURÉKA !

Je devrai sans doute comme on dit, « consulter », « aller voir quelqu'un », « aller me faire voir » ! Non, pas chez les grecs, mais chez un psy. Je me suis aperçu d'une chose terrible qui m'apparaît comme très très grave.

 

Je n'arrive Jamais à être heureux. Je pense toujours au moment suivant alors que je sais très bien que l'idéal et la sagesse nécessitent de vivre le moment présent !

Moi, je suis toujours à cogiter sur ce qui va suivre, ce qui me prive du moment que je vis. Je sais bien pourtant que c'est à l'inverse qu'il faut s'employer. Alors, pourquoi ?

Serai-je un éternel insatisfait ? Ou simplement anxieux de la suite ?

 

Est-ce que cela se soigne Docteur ? Comment ?

 

Si vous connaissez la réponse, s'il vous plaît, faites-m'en profiter car je viens de m'apercevoir que ce problème gâche chaque moment, donc au final ma vie !

Comment faire ? Même à présent, je me concentre pour tenter d'être Heureux des mots que j'écris. Mais déjà je me demande si après ce début de texte, je serai satisfait de la suite ??? Irrécupérable !

 

Quelques exemples :

J'assiste à un concert, durant chaque chanson je me demande si j'apprécierai autant la suivante…moins, plus...

 

Je lis un livre qui me plaît, je suis triste à l'avance de ma future frustration quand je l'aurai terminé !

 

Comme si j'étais dans l'éternelle attente de CE MOMENT, celui qui me fera oublier qu'il y en a eu d'autres avant et qu'après il y en aura encore !

Mais évidemment, ce moment tellement intense n'existe pas pour moi puisque j'espère toujours que le suivant sera meilleur encore… Ou je crains qu'il soit moins agréable…

 

Alors, s'il vous plaît, pour vous et aussi pour moi, profitez bien de ce nouveau week-end qui s'annonce, de chaque instant comme si c'était le dernier…

Moi, j'ai déjà un œil sur le calendrier, pour envisager tous ceux qui suivront, les jours d'après... François.

 

Dimanche 2 octobre 2016.

 

Cette fois, c'est officiel depuis hier, nous sommes bien en octobre !

Octobre, c'est le mois qui annonce l'hiver puisque lors de son dernier week-end, on passera justement à l'heure du même nom !

 

Du coup, c'est une certitude, le temps passe. Comme je n'ai pas le talent du maître Salvador Dali pour l'exprimer avec des peintures de montres molles (magnifique, j'adore cet immense artiste!), il ne me reste que quelques mots !

Je vieillis. Parfois cette évidence inéluctable m'assomme et je me sens comme ramolli et incapable d'entreprendre, de me projeter. Puis, quelques minutes plus tard, je m'imagine jeune de nouveau et plein d'entrain !

 

Mais oui, je vieillis...

 

Je ne supporte plus les divans, clic-clac et autres canapés (excepté avec un bon whisky!) et j'ai adopté le fauteuil avec repose-pieds !

J'aime bien les émissions de Drucker, en voiture mes CD, France Bleue Poitou (seule station que je capte dans ma campagne!), les grosses têtes et parfois rire et chansons pour réentendre les classiques !

 

Je me rends chaque mois à un concert classique dans un temple pour retrouver le plaisir d'écoute du violon et du violoncelle !

 

Chaque sortie, événement nouveau, doit être projeté, organisé et planifié dans les moindres détails !

Je crains les grosses chaleurs et j'ai très peur du froid !

Alors, est-ce cela vieillir ? Ou se sentir vieux ?

 

Ou simplement se sentir fatigué après une petite reprise d'activité sportive :2 kms de natation en eaux vives, 50 kms de vélo et 25 kms de course à pieds, regardé sur l'équipe 21 (depuis mon fauteuil avec repose-pieds naturellement) !

 

Ou aller faire des courses deux jours au moins, avant de n'avoir plus rien, des fois que…

 

...Et ne rien calculer quitte à se retrouver dès l'ouverture un dimanche devant l'entrée d'un supermarché à faire la queue parmi ceux qui travaillent et ne supportent pas que les retraités et autres vieux viennent, comme eux, faire leurs courses le dimanche ! C'est vrai qu'ils sont nombreux, en campagne, ceux qui bossent toute la semaine et finissent chaque soir,bien après la fermeture des hypermarchés (19h30 ou 20h) !

 

Se coucher chaque soir entre 23 h et minuit pour 10 minutes à 1h30 de lecture, puis se réveiller vers 6h ou 7h pour se lever vers 7h ou 8h. sans aucune obligation, sachant que la matinée sera longue. Et le dimanche, comme le chantait Renaud lorsqu'il était encore vivant, ne pas rater auto-moto et téléfoot.

Est-ce cela vieillir ?

 

L'autre jour, j'entendais 2 papys discuter en urinant côte à côte dans un champ, Maurice et René. Maurice demandait à René :

 

-Sais-tu René à quel moment on s'aperçoit qu'on est devenu vieux ?

 

- Oui Maurice. Répond ce dernier. C'est quand, après avoir pissé, on s'aperçoit que l'on a oublié de remonter sa braguette !

 

- Non René, tu te trompes poursuit Maurice en riant tout seul à gorge déployée. C'est quand après avoir pissé, on s'aperçoit qu'on a oublié d'ouvrir sa braguette avant de pisser. Regarde ton futal, tu vas comprendre !

 

Alors vieillir, une vaste question : c'est quand, où comment ?

 

 

Ceci dit, vivement la fin mars que l'on passe à l'heure d'été !

En espérant tout de même qu'il ne fasse pas trop chaud. Mais d'une région du monde à l'autre les saisons sont inversées, d'où l'expression bien connue entre deux habitants des deux hémisphères :« Quand j'avance, tu recules, comment veux-tu, comment veux-tu qu'jretire ton pull ? »

 

Un bon mois d'octobre tout de même à ceux qui sont parvenus jusque là… François-Amimo.

 

23 septembre 2016…

ET PERSONNE N'EN PARLE !

 

 

C'est totalement égocentrique mais tout de même. J'ai patienté une semaine depuis le 17 septembre et rien … J'ai regardé la télé, écouté la radio, lu les journaux, j'ai même lu les blogs (dont j'ai horreur en général, où les citoyens dévoilent à tous leur intimité et plus… Sans aucune pudeur)…

PERSONNE N'EN PARLE !

Au journaux de 13h-20h, à Actuality, sur France info, bfmtv, itélé, dans les journaux, sur les affiches publicitaires…

PERSONNE N'EN PARLE !

Pourtant, plusieurs milliers de personne sont rentrés dans la boutique, m'ont vu, certains ont échangé avec moi et j'ai vendu avec des « spéciales dédicaces » 6 de mes romans !

C'est vrai, Juste un peu moins que Sarkosy, Juppé, je le concède.

Mais les gros titres auraient pu vanter mon mérite de passer 6 heures debout à accueillir et à discuter avec les clients, ou encore l'énorme performance d'une toute première séance de dédicaces, remercier pour moi l’excellent accueil de Cultura.

MAIS NON, PERSONNE N'EN PARLE !

 

Le 09 septembre 2016

Petit conte pour adulte con de cent ans !

 

Voilà !

Au moins je sais !

Mon médecin vient de me le confirmer après avoir pris connaissance du résultat des mes dernières analyses.

Les résultats sont éloquents et confirmés : je vieillis.

 

D'après mon médecin toujours, la conclusion inéluctable est que je vais mourir.

 

Quand ? Comment ? Aucune certitude encore…

 

C'est assez triste en cette période où sur terre tant d'humains :

 

- souffrent de malnutritions,

- ne sont pas soignés,

- sont exposés à des catastrophes naturelles,

- décèdent subitement dans un accident de la circulation, un attentat,

- sont victimes de maladies, cancers, AVC,etc,

Alors, au final, je me dis c'est chouette, profitons, nous qui le pouvons, de chaque instant de la vie pour nous Aimer, nous dire que nous nous Aimons, nous parler, communiquer, entreprendre des choses ensemble, car le temps passe et il ne faut pas remettre à demain ce que nous pouvons faire aujourd'hui.

 

Vivre est une chance et « le bonheur n'est pas au bout du chemin, le bonheur c'est le chemin ».

 

« Il est où l'bonheur, il est là » : ici, et maintenant, à chaque instant, lors de chacun de nos combats, à chaque jolie rencontre, un peu comme qui dirait un HYMNE À LA VIE.

 

Conclusion :

 

Savoir que l'on vieillit et que je vais finir par en mourir, ça fait un bien fou !

 

François.

 

Yes, mon premier article de presse le 15décembre 2014.

 

http://www.sudouest.fr/2014/12/15/francois-homme-d-ecritures-1768568-3092.php


Yes! Mon premier article!!! Le second le 19/12/2014 dans le courrier de Gironde et un troisième vers le 15/01/2015 dans le Haute Gironde.

 

2016

------------------------------------------------------------------------

TIOU (13 décembre 2014)

Crêperie Bretonne Le Trouher.

 

 

J'avais bien fait de partir tôt !

 

Comme toujours, car je n'aime pas être en retard.

 

Il est 18H.La nuit est tombée, temps sec et frais mais doux pour la saison (9°C.)

 

En route je sais déjà que je ne serais pas déçu. A la crêperie Bretonne le Touher de St Émilion, chez André, c'est toujours une bonne soirée ! Toujours un plaisir de retrouver cette équipe et ce lieu ! Ambiance familiale et détendue, accueil chaleureux et souriant, mets frais et finement cuisinés... Pas de surprise à attendre de ce côté-ci donc, je vais être très bien reçu et en plus bien manger. Ma seule surprise pourrait venir de l'artiste en concert ce soir, ce 13 décembre 2014 ? Là c'est la grande inconnue, je ne connais pas celui qui est présent ce soir mais je fais confiance à André qui, comme pour la partie restaurant, ne déçoit jamais ses hôtes, tant pour la qualité que pour la convivialité des vedettes qui épousent si bien ses lieux.

 

Mais il n'est pas temps encore ! Je ne suis encore qu'à dix kilomètres environ de St Émilion, à Libourne. Que se passe-t-il ? Un festival ? Une fête des vins ?

 

Je me retrouve dans une file ininterrompue de véhicules roulant au pas et des dizaines d'agents de sécurité qui nous dirigent ???

 

Chaque parcelle de terre sans vigne ou construction a été transformé en parking où les chauffeurs se rangent suivant les ordres strictes des agents porteurs du brassard « Sécurité »en serrant les véhicules pour ne pas perdre de place ! Des champs recouverts de véhicules à perte de vue. Il m'aura fallu trente minutes pour me garer. A mes questions, les agents ne répondent pas, me montrant qu'ils n'ont pas le temps de discuter vu la foule qui se presse. L'un d'eux me demande simplement de rejoindre un minibus à la sortie du parking. Ce que je fais !

 

Là encore, ce sont des navettes ininterrompues pour transporter les arrivants des parkings au centre de St Emilion. Car c'est là que l'on nous dépose enfin, sur la place Bouqueyre où je stationne habituellement à une centaine de mètres du 49 rue Gadet où se trouve la crêperie Le Trouher. Malgré tous ces contretemps, il n'est pas tard, seulement 19h30 quand je pénètre enfin dans les lieux. Comme toujours, le restaurant est plein et en plus, André a dû installer des enceintes à l'extérieur et ce jusqu'à la sortie de la ville où le public arrivant toujours par vagues successives s'installe et s'organise. Qui sur les murets bordant les propriétés, qui dans les fossés, d'autres encore au milieu de la route assis en tailleur à même le sol puisque la route est fermée à la circulation.

 

Et enfin je comprends pourquoi tout ce monde et cette euphorie soudaine dès que le concert débute (mais c'est vrai, j'avais presque promis d'être bref ce matin ! J'arrive!):

 

Tour à tour défilent sur scène Brassens, Brel (ce doit être leurs sosies car il ne sont malheureusement plus des nôtres), Renaud, Grand Corps Malade, Cabrel, Bénabar, Olivier Villa et de nombreux autres encore. Mais je n'aime pas trop comparer les artistes entre eux ! Et pourtant, exceptionnellement ce matin...

 

...Ah André, pour une surprise c'est une surprise ! Et surprenante en plus !

 

Des mélodies envoûtantes qui paraissent simples (un peu à la Brassens ou plus moderne, Bénabar) qui font glisser les mots et que l'on croit déjà connaître...

 

...Une écriture toute en émotion, poésie mais également tranchante comme l'acier ou drôle parfois, triste et désœuvrée ou joyeuse et pleine d'espoir (là je pense à l'écriture des Cabrel, Renaud, Grand corps malade, Bénabar et encore Olivier Villa pour la tristesse et la vérité qui s'en dégage parfois), bref, des mots vrais et prenant me rappelant ces peintures au couteau où l'artiste se livre totalement cœur et âme...

 

Une voix chaude et envoûtante, une élocution parfaite qui permet de bien être emporté par le texte,une interprétation à la Grand corps malade pour les parties slam et Monsieur Brel, sortez de ce corps pour l'émotion, le partage...

 

Le musicien joue guitare, saxophone, clavier... et sa voix, quel bel instrument !

 

.. Ses mots enivrent, effraient ou attristent, amusent parfois mais sa poésie ne peut laisser indifférent. D'ailleurs, « A nous les p'tites anglaises » qui ont des représentantes dans la salle sont totalement sous le charme. L'une d'elles, Sophie (et oui, ses copains disent que c'est un sacré Marceau Sophie!) va même oser venir partager un moment la scène et nous faire profiter de son joli timbre...de voix...

 

...La famille et les fans se régalent, les clients arrêtent de manger pour s'abreuver de ses mots et de ses sons car tout est mélodieux, osé et intelligent avec de nombreux changements de rythmes mais jamais lassant ou redondant...

 

 

 

Et oui, ils étaient tous réunis et bien d'autres encore hier soir mais l'artiste sur scène est seul,unique pourtant et oh combien talentueux.

 

 

François.

Mercredi 6 août 2014

 

 

Une fois n'est pas coutume, j'avais envie de partager avec vous le texte d'un auteur que je n'ai malheureusement pas pu retrouver et identifier. J'avais le souvenir d'avoir adoré ce texte il y a très très longtemps. Où ? Dans quelle circonstance ? Bref, si je le partage aujourd'hui, ce n'est pas par conviction personnelle puisque je n'en ai pas. Pour moi, chaque cas est différent et comment pouvoir alors légiférer c'est à dire définir une règle générale ? Vous me direz que je m'en sors bien pour ne pas prendre position ? Certes, j'ai à peu près le même souci avec 2 autres sujets délicats : la Peine de mort et l'euthanasie. Je partage ce texte avec vous simplement parce que François, amimo l'AMI des MOts aime les mots et que je trouve ce texte sublime et qu'aujourd'hui comme avant-hier, il remue en moi beaucoup de sentiments et énormément d'émotions. Si quelqu'un retrouve son auteur, je suis intéressé. Merci pour elle ou lui.

 

2014

------------------------------------------------------------------------

 

Agenda d'un foetus in utero

 

 

1er mai - Par amour, mes parents, aujourd’hui, m’ont appelé à la vie.


15 mai - Mes premières artères apparaissent et mon corps se forme très rapidement.

 

19 mai - J’ai déjà une bouche.

 

21 mai - Mon cœur commence à battre.


22 mai - Je ne sais pas du tout pourquoi maman se fait tant de soucis.


28 mai - Mes bras et mes jambes commencent à croître. Je m’étends et je m’étire.


8 juin - à mes mains, poussent des petits doigts.


16 juin - C’est seulement aujourd’hui que maman a appris que j’étais là.


20 juin - Maintenant c’est sûr, je suis une fille.


24 juin - Tous mes organes se dessinent. Je peux sentir la douleur.


6 juillet - J’ai des cheveux et des sourcils.


8 juillet - Mes yeux sont finis depuis longtemps même si mes paupières sont encore fermées.


19 juillet - Mon cœur bat magnifiquement. Je me sens protégée.


20 juillet - Aujourd’hui, ma maman m’a fait mourir

 

 

 

 

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site